appelezmoisuper

François Hollande, la Réalité et la Bastille

In La Gauche on mai 7, 2012 at 6:41

Image

« Pourquoi dire à ces potes
Que la fête est finie?… » Louis-Ferdinand Céline

La victoire de F. Hollande était inéluctable. La question était de savoir l’ampleur de la défaite de Sarkozy. Longtemps, il stagnait à 45% mais grâce à la mobilisation du peuple de droite permise par Buisson et Guaino il réussit à déjouer les pronostics. La ligne de droite, dite droitière si l’on suit la gauche morale, restera celle qui permit à Sarkozy d’obtenir 48,5% et de sauver les meubles. C’est aussi celle qui permettra en juin de tenir l’objectif de la cohabitation, et surtout et plus certainement de gagner en 2017. Comme aime le dire notre ex-président « les mots ont un sens », ainsi parlons d’une défaite de Sarkozy que d’une victoire de Hollande (qui n’a fait qu’incarner l’antisarkozysme). Mais nous ne manquerons pas de reparler des affaires de la droite, alors causons un peu de celui que l’on doit bien se résoudre à appeler Monsieur le Président de la République, François Hollande.

Hollande devra rapidement se confronter à la fidèle ennemie de la gauche, la Réalité. D’ailleurs,  contre celle-ci elle n’hésite pas à se défendre en inventant le politiquement correct, corpus d’idées tenues comme absolument vraies et permettant de nier la Réalité sous prétexte que celle-ci ne serait pas morale. Si en 1981 Tonton connut un temps de grâce, comme le dit N. Sarkozy très justement, au temps de la vitesse des échanges et de la mondialisation incontrôlée, il n’y aura pas le temps pour un quelconque état de grâce. Et la Réalité c’est déjà Angela qui dit « Nein » à François sur son projet d’ajouter un volet concernant la croissance au pacte de stabilité. D’ailleurs notons que c’est à Hollande de se déplacer à Berlin pour faire coucou et pas le contraire, on voit bien où est le rapport de force. Hollande tabla pour gagner sur le rêve et l’antisarkozysme primaire et comme le note délicieusement le très délicat Jacques Myard, de la Droite Populaire; « ils ont désormais la patate chaude dans les mains et les emmerdements commencent… ». Le changement c’est pas maintenant, l’incantation c’est finit, les ennuis c’est maintenant. Myard, toujours pertinent, continue ainsi « il n’a aucune marge de manoeuvre , bien pire , il va aggraver la situation par des dépenses supplémentaires qui vont affoler les marchés ! Seule une monétisation de la dette pourrait apporter un répit, mais pour cela il faut violer les traités, la Banque Centrale Européenne, Draghi et surtout l’Allemagne ! Et pendant ce temps-là le peuple va réclamer son dû !  »  En effet, ce sont les dogmatismes européens (économiques, financiers, politiques,…) qui ont tué Sarkozy, ils tueront de la même façon notre corrèzien national. Pour l’ami Jacques, il y a effectivement un troisième tour qui sont les législatives, mais il en existe aussi un quatrième, celui de la « réalité de la crise« .

Pierre Larrouturou, conseiller régional Ille de France, dans le Monde, écrit cette prophétie qu’il faudra garder en tête: « Ça va être effroyable, me confiait récemment un responsable socialiste. Il n’y aura aucune marge de manoeuvre. Dès le mois de juin, on va geler des dépenses. Dans quelques mois, le pays sera paralysé par des manifestations monstres et, en 2014, on va se prendre une raclée historique aux élections. » Et quelle crédibilité aura alors la gauche, qui déjà condamnait en bloc la politique de rigueur raisonnable des gouvernements Fillon?  Aucune. Et ce sera bien drôle.

Cette élection c’est aussi la très détestable victoire de la fondation Terra Nova: la France des banlieues et les urbains ont voté massivement en faveur de François Hollande. Quant au vote ethno-religieux qui semble très discipliné, selon une étude du corps électoral menée par OpinionWay et Fiducial le 6 mai pour Le Figaro sur 10 000 votants, 93% des musulmans pratiquants ont pris le parti du changement.

Pour finir, il ne faudra pas oublier que le quinquennat Hollande s’ouvrira sous les drapeaux tunisiens, algériens, syriens, cubains, ivoiriens (que la rédaction de France 2 n’a pas hésiter à faire passer pour des drapeaux irlandais), uruguayens,… Et là c’est le multiculturalisme qui est ressuscité. Rien alors ne sert de crier « au secours, la France Black-Blanc-Beur revient! » Mais aussi des drapeaux  gays, rouges, Front de Gauche, EELV, et puis quelques petits et timides drapeaux français, infiniment beaux dans cette foule festive au sens de feu Philippe Muray. On dirait bien d’ailleurs que l’heure de la Fête a sonné. De la même manière que le Front National fut désigné par toute la presse comme « le trouble fête du premier tour« , on déclare maintenant que « l’heure est à la fête »; on ne fait que constater que « pour l’instant c’est: la fête! »; « on va fêter ça »,….

S. R.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :