appelezmoisuper

Sur Jules Ferry

In La Gauche on mai 14, 2012 at 7:04

Image

« Quand je suis le plus faible, je vous demande la liberté, parce que tel est votre principe; mais quand je suis le plus fort, je vous l’ôte, parce que tel est le mien. » Louis Veuillot.

François Hollande rendra, mardi après son investiture, hommage à Jules Ferry , le père de l’école publique et VRP de la colonisation. La gauche est une grande amatrice de ce que l’on appelle le terrorisme intellectuel. Cette pratique amusante peut se pratiquer à partir de plusieurs  procédés dont celui de l’argument de l’épouvantail: un tel a défendu telle idée inacceptable, donc toutes les autres idées qu’il aura défendu sont toutes aussi inacceptables, et l’individu ayant professé cette opinion devient lui-même  infréquentable. Mais à ce jeu là il n’y a que la droite pour être la victime, autrement ce n’est plus drôle. Ainsi Mitterand peut s’en aller gaiement déposer un petit bouquet de fleurs sur la tombe de Pétain. Mitterand qui, comme Fabius, est un grand amateur de Drieu La Rochelle. Mitterand qui n’hésitait pas à diviser l’Humanité entre deux catégories: celle qui a lu « Les Deux Étendards » de Rebatet et celle qui ne l’a pas lu. « Mais comprenez-vous, il faut distinguer homme et oeuvre, etc,… » Par contre si Philippe Juvin, maire de La Garenne-Colombes, souhaite rebaptiser son Lycée « Kléber Haedens » c’est un scandale! Car le malheureux Kléber, qui a écrit une vivante, rafraîchissante et littérairement incorrect « Histoire de la Littérature Française« , fut par-ailleurs secrétaire-particulier de Maurras, comme le fut aussi l’infâme crypto-nazi Michel Déon.

La droite serait en vérité assez bien inspirée de rendre coups pour coups sur l’affaire Jules Ferry. Ce comportement, propre à la gauche, de se penser comme le camps du Bien, de la Vérité et de la Justice est une tendance absolument malsaine. Elle a contaminée la droite en lui obligeant de prendre comme références politiques, historiques et culturelles des figures de gauche (parfois à juste titre, parfois moins) et lui interdisant d’utiliser ses propres références. Quand Serge Letchimy dénoncent d’une manière excessive et donc insignifiante « ces idéologies européennes qui ont donné naissance aux camps de concentration au bout du long chapelet esclavagiste et colonial », il devrait savoir qu’il est en réalité assis sur les mêmes bancs de ceux qui défendirent le colonialisme en s’adressant à ceux qui occupent les bancs de ceux qui le combattirent. Parce que c’est sur ces bancs, ceux de la gauche modérée, qu’en Juillet 1885 que Jules Ferry déclare à l’Assemblée Nationale: « Messieurs, il y a un second point, un second ordre d’idées que je dois également aborder (…) : c’est le côté humanitaire et civilisateur de la question. (…) Messieurs, il faut parler plus haut et plus vrai! Il faut dire ouvertement qu’en effet les races supérieures ont un droit vis-à-vis des races inférieures ». Il continue sous les huées de l’extrême gauche et de la droite conservatrice hostile à la colonisation: « Je répète qu’il y a pour les races supérieures un droit, parce qu’il y a un devoir pour elles. Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures ». Je vois là non seulement du colonialisme mais aussi du racisme. Clemenceau lui réplique brillamment:  » Races supérieures ! Races inférieures ! C’est bientôt dit. Pour ma part, j’en rabats singulièrement depuis que j’ai vu des savants allemands démontrer scientifiquement que la France devait être vaincue dans la guerre franco-allemande, parce que le Français est d’une race inférieure à l’Allemand. Depuis ce temps, je l’avoue, j’y regarde à deux fois avant de me retourner vers un homme et vers une civilisation et de prononcer : homme ou civilisation inférieure !… »

Alors, soyons de gauche un moment: si Hollande va rendre hommage au fondateur de l’école républicaine, il rend aussi hommage à l’homme qui illustre parfaitement tout le racialisme positiviste et l’impérialisme de la III République. Idéologies qui mènent là où l’on sait (« heures les plus sombres », etc,…) , et je suis certain que Serge Letchimy sera le premier, je l’espère à condamner le long chapelet colonialiste qui découle de cela,…. Ce n’est pourtant pas le cas de Patrick Lozès, ancien président du Cran, qui nous invite à la modération : « S’il faut condamner avec fermeté ces propos, faut-il pour autant jeter Jules Ferry aux oubliettes? Faut-il désormais ignorer le Jules Ferry de l’école gratuite et obligatoire? Non. Trois fois non ! » C’est noté, la prochaine fois, on vous la ressortira monsieur Lozès. L’actuel président du Cran, mr Tin, nous tient à peu-prés le même discours: « Certes, François Hollande peut tout à fait saluer en Jules Ferry le fondateur de l’école républicaine, mais il devrait aussi rappeler en même temps la part d’ombre de cet homme, et de toute une partie de l’histoire de France«  Et là évidemment c’est le coups de la repentance, la France a fauté, péché, il faut qu’elle paye, et là on se compte qu’il est en fait très difficile pour nous d’être de gauche. Mais Mr Tin, c’est peut-être l’Histoire de France, mais c’est aussi et surtout l’histoire de la gauche. Et moi l’Histoire de France, comme Clemenceau, je l’assume en bloc, mais je ne me sens pas responsable de l’histoire de la gauche.

Elisabeth Lévy pertinente sur la polémique Jules Ferry, notamment en comparant Jules F. avec Napoléon, 16 mai 2012.

S.R.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :