appelezmoisuper

4ème circonscription des français de l’étranger: pourquoi je vote Stéphane Buffetaut

In La Droite on mai 31, 2012 at 8:32

« L’art politique ne se réduit pas à faire fonctionner des machines électorales, à enfiler des discours convenus que personne n’écoute plus, à se coucher devant les censeurs de la pensée politiquement correcte, à se laisser aller à l’addiction aux sondages. Il s’agit au contraire d’agir dans la vérité, la justice, le souci des plus vulnérables et de savoir faire renaître l’espérance pour bâtir notre avenir. » Stéphane Buffetaut, candidat du MPF, du CNI, du PCD et de Franco-Écologie pour la quatrième circonscription des Français de l’étranger.
Je suis de droite. Pour la première fois je vais voter pour élire le député de ma circonscription, la quatrième circonscription des Français de l’étranger, celle du Benelux.  Je ne veux pas m’abaisser à voter pour alimenter les  guerres picrocholines entre Marie-Anne Montchamp et Georges-François Seingry. Je ne peux me résoudre à voter pour trois lettres, pour un sigle de parti politique, je ne veux voter que pour un projet, une vision, pour un homme de conviction. Je ne peux me résoudre à voter simplement contre Marie-Anne Montchamp en votant pour Georges-François Seingry. Je ne peux me résoudre à diviser la droite et à contribuer à affaiblir l’antenne UMP-Belgique, déjà mal en point,  en votant Seingry. Je ne peux me résoudre à voter pour Montchamp, une candidate parachutée, que les adhérents de l’UMP n’ont pu voir que deux ou trois fois. Et quand Marie-Anne Montchamp daigne faire campagne, elle organise une réunion publique, sans intervention possible du public, avec en guest star François Fillon mais avec plus d’une heure et demie de retard. Je pense à ce meeting où l’intervenant le plus motivé, le plus enthousiaste était le député bruxellois Alain Destehexe. Marie-Anne Montchamp en pourfendeuse de la division, elle qui se présenta en 2008 à Nogent-sur-Marne face au maire UMP sortant et qui fut membre du mouvement pseudo-gaulliste et surtout antisarkozyste République Solidaire de Dominique de Villepin,… Georges-François Seingry qui base sa candidature sur une critique, justifiée, du parachutage de Marie-Anne Montchamp mais dont on sait à peu-prés rien quant à ce qu’il pense et à ses convictions politiques,…  S’opposer c’est bien, proposer c’est mieux.
Dans la profession de foi de Philippe Cordery, au-delà des propositions qui font consensus à gauche comme à droite, il est mis en avant celles-ci: le droit de vote des étrangers, le mariage et l’adoption pour les couples homosexuels. J’ai eu beau chercher, le seul, je dis bien le seul, à s’opposer explicitement à ces propositions que le PS fera passer s’il est majoritaire c’est Stéphane Buffetaut. Sur deux propositions particulièrement clivantes, ni Montchamp, ni Paillé, ni Taittinger, ni Seingry ne disent véritablement s’ils sont pour ou contre. Le seul candidat de droite à s’opposer résolument à ces propositions de gauche, c’est effectivement Stéphane Buffetaut. Nous voulons élire un homme compétent capable de représenter nos intérêts au Palais Bourbon, nous voulons aussi élire un député de la nation qui votera contre les propositions de cette gauche déconnectée, encore et toujours mitterandienne, contre laquelle 53 % des Français du Benelux se sont opposés. Face à une gauche certaine de ses (anti)-valeurs, la droite ne peut plus se permettre d’avoir honte de ses propres convictions.
Je me suis donc intéressé à Stéphane Buffetaut et à son programme politique. Stéphane Buffetaut fut député européen et est actuellement membre du Comité économique et social européen, c’est dire s’il connait le travail parlementaire. Mais il a également une expérience d’élu local, ayant été adjoint-au-maire de Versailles.  Sa vision de la politique est imprégnée de la trop méconnue et très actuelle Doctrine Sociale de l’Église. Stéphane Buffetaut est un candidat authentiquement chrétien, il ne s’en cache pas. Être chrétien en politique ne veut pas seulement dire s’opposer à l’euthanasie ou au mariage gay, cela veut aussi dire, comme Benoit XVI dans son encyclique Caritas in Veritae, que l’on pense que ce n’est pas l’homme qui est au service de l’économie mais l’économie qui est au service de l’homme. La doctrine sociale de l’Église s’appuie sur quatre piliers: la Dignité de la Personne Humaine, le Bien Commun, la Subsidiarité, et enfin la Solidarité. Pour Stéphane Buffetaut, comme il l’a déclaré lors d’une de ses réunions publiques, « la fin ultime de la politique, c’est la dignité de l’Homme. »
En analysant la profession de foi de Stéphane Buffetaut, on se rend compte que le candidat de la droite propose la reconnaissance des racines judéo-chrétiennes de l’Europe, le « respect de la souveraineté nationale »  et enfin la soumission de la Banque Centrale Européenne au pouvoir politique. Il se prononce également clairement contre l’entrée de la Turquie dans l’Union Européenne. En bref, Stéphane Buffetaut est un européen, pas un européiste. Le candidat du Bien Commun au Benelux croit également en la nécessité de mieux contrôler la mondialisation.
Enfin Stéphane Buffetaut est un candidat qui s’érige contre la dictature de la pensée unique:  on peut lire dans son programme qu’il souhaite « combattre l’idéologie politiquement correcte » alors que tous les autres candidats en sont peu ou prou les mercenaires: « En politique, comme sur le schéma des chemins de fer de l’ingénieur Legrand, tout converge vers Paris. Et dans cet écosystème politicien clos s’est créée une faune curieuse qui obéit à des règles de comportement singulières et fort étrangères à la vie quotidienne du plus grand nombre. Hommes et femmes politiques, journalistes, sondeurs et analystes, intermédiaires plus ou moins douteux, chefs d’entreprises mondains, intellectuels autoproclamés, égarés de l’industrie du spectacle tournent en rond, tels des gyrovagues, obéissant à des rites fixes. ». Buffetaut s’est aussi prononcé pour la défense de la liberté d’opinion d’Eric Zemmour: « Quand j’entends que Zemmour doit être licencié de RTL parce qu’il est trop clivant, je suis abasourdi. On n’a plus le droit de penser ? Changeons cela. Maintenant ».
Face à une gauche qui est tout sauf molle ne votez donc pas pour la «gauche de la droite» (Mme Montchamp), pour l’ex-giscardien Georges-François Seingry, pour « La gauche moderne » (Mme Taittinger), ou encore pour le Parti radical (l’aile gauche du centre-droit)  (M. Paillé)!
Pour une droite forte, libre et courageuse et pour l’esprit du Bien Commun, votez Stéphane Buffetaut.
S.R. Citoyen français expatrié au Benelux
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :